Le créateur du Ramat de la typographie

Aurel Ramat est né en 1926. Après des études à Grenoble, il ouvre dans cette ville un atelier de typographie. En 1955, il s’envole pour Montréal, où il travaille comme linotypiste. Après son mariage avec Claire et la naissance de leur fille, Catherine, il part avec sa famille pour la Californie. On le retrouve ensuite aux Nations Unies, à New York, cette fois comme correcteur d’épreuves. Puis c’est le retour au Québec, au journal The Gazette, où il édite en 1982 la première version de l'ouvrage qui le rendra si populaire. Trente ans plus tard, pour prendre une retraite bien méritée, il confie à Anne-Marie Benoit son livre, qui est devenu un ouvrage de référence incontournable. Il est décédé en 2017 à l'âge vénérable de 90 ans.
À lire
,: un bel hommage de Jean-François Nadeau dans Le Devoir.
Aurel Ramat au travail
Quand il a rédigé ce livre pour la première fois, Aurel Ramat s’adressait seulement aux correcteurs d’épreuves de l’imprimerie. Aujourd’hui, avec les logiciels de traitement de texte, tout le monde s’intéresse aux règles typographiques.

Comme l’avait prédit Paul Morisset dans son article «
 Le pape et le typographe », dans Le Devoir du 8 mai 1982, on dit maintenant le Ramat, comme on dit le Robert ou le Larousse. Dans cet article, M. Morisset décrit cet ouvrage comme « le meilleur du genre » et comme un « bijou de clarté et de concision qui se consulte avec facilité et dont les exemples, abondants et souvent humoristiques, complètent judicieusement les règles ». Il y ajoute que le Ramat est « un outil archiprécieux » que toute personne appelée à écrire devrait avoir à portée de la main.

En 2012, sur la suggestion de nombreux lecteurs et lectrices, il écrit sa biographie sous le titre suivant :
Aurel Ramat, qui est-ce ?